Pollution atmosphérique mon cul

par admin  

2013

Mais voui, ils nous bassinent à la télé depuis midi avec les pics de pollution. Il nous montrent des ciels ennuagés bien crados. Faites pas ci, faites pas ça, ne faites pas d'efforts physiques, restez autant que possible chez vous en attendant que les courants dissipent, etc...

Alors c'est la faute aux usines, aux véhicules Diesel, à la météo qui favorise l'accumulation des masses nuageuses, et patati et patata...

Ben oui je les vois ces nuages de merde. Et je pouvais même les prévoir depuis ce matin avant-même que le soleil se lève puisque la ronde des chemtrails avait déjà commencé, peut-être même avant Météo-France tiens...

Alors il serait peut-être temps d'arrêter de raconter des barres à tout le monde. Ce matin à Cinq heures, le ciel était clair comme du cristal et là, à seize heures, un voile que je ne qualifierais pas de nuages mais de sulfatages puisque les avions n'ont cessé leur ronde depuis l'aube a fini par recouvrir les couches basses de notre atmosphère. Il n'y a pas le moindre vrai nuage naturel dans le ciel du Sud-Ouest. Ce ne sont que des mixtures de chemtails chargés d'on ne sait pas trop quoi.

Alors m'sieurs-dames, si vous-vous sentez tout chose, avez les lèvres sèches le nez qui chatouille et une gêne respiratoire inhabituelle, ne partez pas en guerre contre votre voisin dont sa cheminée de maison crache d'épaisses volutes ou s'il met sa voiture au mazout à tourner sous votre fenêtre avant de partir au boulot parce-que votre mal-être n'a pas plus décollé de votre rue que des toitures environnantes. On vous le fout sur la gueule sans ne rien vous demander ni d'ailleurs plus vous donner de quelconques explications à longueur de journée.

Et la palme de l'info du siècle revient, revient... À la télé qui nous annonce que les masques de type chirurgical, achetés et distribués par millions car sensés nous protéger du virus de la grippe A, ne servent à rien car les particules de combustion du Diesel ou du bois sont trop fines et passent à travers. Alors soit ces particules sont plus petites qu'un virus ce qui est peu probable même si elles ne sont pas plus grosses qu'une bactérie, soit on nous prend carrément pour des cons. Personnellement et ayant pris connaissance de ce qui précède, j'opte pour la deuxième hypothèse.

Vous savez quoi, on devrait retirer tout ou partie du salaire des gens qui racontent des mensonges plus gros qu'eux aux téléspectateurs. Bon, vous me direz, on n'est pas plus obligés de les croire hein...

 

Terre de Demain

par admin  

Lien: http://pagailleux.com/blog6.php

2013

Comme l'humanité dans son insignifiance est soumise à un futur incertain, voir pas de futur du tout soyons réalistes, emparons-nous dés à présent de ce que sera l'après nous. ;D

Imaginez un seul instant que notre planète (chérie?) finisse par expurger de sa surface comme de ses entrailles ainsi que de ses cieux les bastringues que nous sommes... :))

Imaginez un sel instant qu'il puisse y avoir  un moyen de se fondre dans sa nature tel un caméléon pour lui passer inaperçu et, ainsi, échapper au sort qu'elle nous réserve. :-P

Imaginez un seul instant ce que serait la vie sur Terre si l'humanité qui la peuplait vivait avec elle et non à ses dépens. :yes: 

 

Parce-que nous sommes, nous, humains, le dernier maillon d'une chaîne. Une idée qui m'est chère semblant avoir déjà été traitée par nombre d'auteurs de sci-fi décrit comment l'Homme exploite son biotope pour finir par s'auto-exploiter. Il a commencé par exploiter surfaces et sols puis, comme il arrivait au bout de son raisonnement les raisonnements humains n'allant généralement pas très loin, il a dû inventer la monnaie. À la fois outil offensif et défensif plein de promesses, elle lui a permis de faire ce qu'il appelle "de grandes choses", en clair faire la même chose qu'avant mais dix fois plus vite et vingt fois plus mal. Et, comme par hasard, les ressources commençaient à s'amenuiser. Il a alors trouvé un autre rôle à la monnaie car elle était tout-aussi exploitable qu'une ressource naturelle mais bien plus lucrative, elle était capable de combler ses propres lacunes par de petites impulsions à la base. Mais il fallait quand-même exploiter quelque-chose qui continuait à s'amenuiser inexorablement et au fur et à mesure que la monnaie se démocratisait, les ressources naturelles diminuaient. On a donc commencé à exploiter qui, euh... Ô gentiment, pour combler ce petit manque, nous-mêmes... Et tout cela sans être arrivé au vingt et unième siècle.

Aujourd'hui nous y sommes. La monnaie ayant épuisé autant les ressources naturelles que les siennes propres, malgré qu'il n'y ait jamais eu autant d'argent en circulation dans le monde, il ne rapporte plus rien. La seule et unique ressource naturelle encore exploitable ben, c'est l'humain. Et comme par un des principes fondateurs de l'économie tout ce qui existe doit rapporter sinon n'a pas lieu d'être et encore moins droit de cité... Pas besoin de vous faire un dessin, si?

 

En attendant, dame nature s'adapte, elle tord le cou aux idées reçues, elle reprend automatiquement ses droits sur les vestiges de la moindre civilisation déchue,  elle se fiche totalement de l'agitation de ces insignifiants parasites et continue sa route. Elle aurait bien tort de s'inquiéter puisqu'elle était là bien avant, elle sera inexorablement là après mais... Dans son épatante reconstruction, elle laisse de moins en moins de place, de prise, à l'Homme, un peu comme si elle ne voulait plus de lui... :p

Voilà pourquoi je pense qu'en tant qu'être humain, il vaut mieux se ranger du côté de ce qui est et sera, donnera, toujours plutôt que de celui de ce qui croit savoir mais ne sait plus rien donner depuis bien longtemps. Si seulement cela a eu l'intention de donner un jour...  

BZZZZZ

par admin  

2013

Voici une curiosité, un essaim d'abeilles venu se baser à quelques mètres de moi alors que je semais mes pois. Nous l'avons capté. Pas moi j'y connais rien et c'est la première fois qu'il m'était donné de voir un spectacle aussi étonnant. Voici une vidéo compacte de l'opération, une version complète en trois parties de meilleure qualité se trouve ici. Euh oui, il nous a fallu plus d'1/2 heure pour être sûrs que les abeilles ne quittent la ruche lorsque nous aurions tourné les talons...  

 

Woody Woodpecker

par admin  

2013

Ça y'est, je l'ai eu! M'en a fait voir ce piaf de malheur pour récolter ces images. J'aurais préféré le choper  à piquer un tronc mais bon, on va pas vouloir être plus royaliste que le roy non-plus...

Savez-vous que cet oiseau, un pic-vert ou pivert, a la boîte crânienne perforée de petits trous pour éviter que sa cervelle tourne en bouillie sous la pression quand il perfore le bois à coups de bec? Et savez-vous comment il repère les larves d'insectes dans les troncs ou les branchages des arbres pour trouver où il faut percer? Môssieur a un radar infaillible, il a une ouïe à faire pâlir les oreilles d'or les plus aguerries. De plus amples renseignements ici.

Résolutions point d'interrogation

par admin  

 

2013


Ouf ! On a eu chaud en cette fin 2012. Le 21/12/2012 n'a pas apporté son lot de dévastations et pourtant...

L'humanité, comme la planète, semblant avoir échappé aux foudres du Mont Armageddon ou autres pitreries intersidérales, elle va devoir continuer à ramer sur cet océan de lisier qu'elle alimente depuis déjà plusieurs siècles.

Je trouve ridicule cette manie de prendre des résolutions pour l'année qui commence ou attendre quoi que ce soit de celle-ci. La politique dans son sens le plus large me gave depuis un bon bout de temps, plus envie de tergiverser sur des écrans de fumée alors que les vrais problèmes sont ailleurs.  Maintenant, la politique, ça va être "OUI ! " ou "NON ! " ou "J'M'EN BALANCE ! " ; au mieux sinon ça risque bien donner du "FERME TA GUEULE ! ".

Bref, juste une petite anecdote pour finir. Me suis fait lourdement draguer hier par un beau brun genre "bel Hidalgo" en pleine rue, juste devant un troquet. Je l'avais remarqué en arrivant mais pas vraiment observé car j'avais, à cet instant, d'autres chats à fouetter *. C'est seulement quand il m'a abordé que j'ai pu me rendre compte qu'il avait, au bas mot, vingt ans de moins que moi. Glourps ! Bon, en même temps, il était pété comme un geai**, l'alcool trouble la vue paraît-il...

 

* "d'autres chats à fouetter" : Autre chose à faire, à penser.

** "pété comme un geai" : Les geais se gavent de cerises et autres fruits chauds et sucrés en été. Le sucre des fruits se transforme en alcool lors de la digestion, les geais se retrouvent ainsi complètement saouls.

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 ... 160 >>